St├ęphanie Cardon
                                 
                                 
        image texte films&videos process installations objets              
                                 
                                 
                                 
                       
     
bogeyman      
       
all work    
     
l'homme de paille /  
     
videorigami    
     
ils allaient obscurs...    
     
penthouse    
     
hdp 2      
       
       
       

Diffusion

International Film Festival Locarno
Mediaschool Film Festival, Lodz
Cinémathèque Française, Paris
Festival Coté Court, Pantin
Mon inouïe symphonie, Dunkerque
FICFA, Moncton - Canada
diffusion mk2 en avant programme du film l'Orphelinat

Production

production / Le Fresnoy, studio national des arts contemporains
avec / YANN COLLETTE
écriture et réalisation / NICOLAS GIRAUD
première assistante / ASTRID MOUGET
image / DILIP VARMA
montage / DIANE MAROGER
mixage / AYMERIC CASTAING
son / ADRIEN FONTAINE
costume / CÉLINE AYEL

haïku de BUSON, lu par JO TODA

L'Homme de paille, 2006, 5 minutes, japonais, intertitre français

Inspiré de la poésie japonaise et des contes de Borgès, le film esquisse une histoire fantastique qui reste en suspens.
Jeu sur le regard, le film s'amincit jusqu'à n'être plus qu'une projection de lumière sur un écran.

 

"Je m'étais arrêté de marcher quand le froid me fit frissonner. Je voulus ramener sur moi les pans de mon manteau mais mes bras restaient tendus dans des directions absurdes. Du coin de l'œil je voyais pendre mon manteau tandis que le brouillard se glissait entre mes jambes, s'accrochait à la paille de mes cheveux et emplissait mon corps creux."

"À la deuxième lecture, des passages qui n'était pas clairs la première fois deviendront évidents parce que [...] le début présuppose la fin, et vice-versa." Alfred Korzybski, préface à Science and Sanity

"Le bruit blanc contient un maximum d'information."
Nam June Païk



The Straw man, 2006, 5 minutes, japanese

Inspired by Japanese poetry and Borges' tales, this film hints at the strange transformation of a man into a scarecrow. The film has a troubling effect on the spectator's sense of sight as the image gets thinner and whiter until it becomes a simple projection of light on a screen.

"I had stopped walking when the cold made me shiver. I sought to fold back the panes of my coat but my arms remained extended in absurd ways. From the corner of my eye, I could see my coat hanging while the fog was slipping between my legs, catching the straw of my hair, filling my hollow body."

"Upon a second reading, the meaning of some passages, which was unclear the first time will become obvious because [...] the beginning implies the end, and vice versa." Alfred Korzybski, foreword to Science and Sanity

"White noise contains the maximum amount of information."
Nam June Païk

 

 

 

 

   
     
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
       
  notes    
       
  expositions    
       
  contact    
       
       
       
       
       
       
       
       
         
         
           
           
Astrid Mouget