image texte films&videos process installations objets              
                                 
                                 
                                 
                       
     
       
all work and no play /    
     
erreurs    
     
préface aux pas étranges    
     
marcher à l'envers dans la neige    
     
l'autre    
     
memo    
       
l'arme photographique      
       
textes critiques      

All work and no play, 2004

Dans le film The Shining de Stanley Kubrick, le personnage principal, Jack Torrance, un écrivain, travaille à un texte dont on ignore la nature. La réalisation de ce tapuscrit occupe une partie du film (une partie des quelques mois de son temps diégétique). Vers la fin, il nous est donné à voir une dizaine de pages, sur lesquelles on peut lire, répétée obsessionnellement, une même phrase:
All work and no play makes Jack a dull boy.

En partant de ces pages connues et des éléments fournis par le film, mon action consiste à «retrouver» l’ensemble du manuscrit, c’est-à-dire :
1.Réaliser un fac-similé des pages visibles dans le film.
2.Extrapoler sur ce que sont les trois ou quatre cents autres pages et les reconstituer, une à une.

Le travail en lui-même constitue une expérience particulière; cependant, il progresse toujours de manière à ce que chaque page reste cohérente en regard de l’objet originel et de son auteur.

La phrase «All work and no play makes Jack a dull boy.» est le seul matériau du texte. L’hypothèse principale est que, pourvu de cette seule phrase, l’écrivain doit tout de même essayer d’exprimer la totalité de son univers.
La démence de Jack Torrance est un autre élément de la reconstitution. Ainsi, le travail de montage et de restructuration de la phrase, s’il laisse émerger de nouvelles structures, ne se constitue jamais en Logos.
Le travail est celui d’un Pierre Ménard réécrivant le livre d’un écrivain fictif et fou dont il n’aurait que des fragments. Ponctuellement, apparaissent en filigrane des éléments métadiégétiques.



In Stanley Kubrick's “The Shining” the main character, Jack Torrance, a writer, works on a text. The typing of this manuscript lasts for most of the film (that is, for a large part of its diegetic time). By the end of the movie, we see, through his wife’s eyes, twenty pages, with only one sentence obsessively repeated: All work and no play makes Jack a dull boy.

From those known pages and from the material provided by the movie itself, I began a piece that consisted in recreating the entire
manuscript. That is to say:
1. To make a fac-simile of the pages seen in the movie.
2. To imagine what is on the two or three hundred other pages and to type those, one by one.

This work is specific and personal but I always tried to keep the
pages coherent with the original object and their supposed author.

The sentence “All work and no play makes Jack a dull boy” remains the only sentence appearing in the text. My main hypothesis is that, even with this single sentence, the writer has to keep trying to express the totality of his universe.
Jack Torrance’s madness is another element of the reconstitution. What is done with the sentence, in terms of editing and decomposing it, even if it lets some structures appear, never stands as a constructed discourse. This work is that of a Pierre Ménard re-writing an incomplete text by an insane author. When in so doing some discrete meta-diegetic elements transpire.

 

 

 

   
     
   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
       
  notes    
       
  expositions    
       
  contact