bogeyman      
       
all work    
     
l'homme de paille    
     
videorigami    
     
ils allaient obscurs...    
     
penthouse /  
     
hdp 2      
       
       
                                 
                                 
        image texte films&videos process installations objets              
            /                    
                                 
                                 
       

Penthouse, 2002,
video, 3 minutes

"Entre rapport de détective et fable lumineuse, Penthouse nous conduit au degré zéro de la narration. La vidéo de Nicolas Giraud est un unique plan-séquence qui met en jeu, de manière apparemment paradoxale, une image minimale offerte en pâture à notre voyeurisme. A partir des déplacements et des variations de lumières derrière les fenêtres d’un appartement, nous voici, en situation d’espionnage, réduits à des supputations sur ce qui s’y passe. Cette narration équivoque, génératrice de frustration, redouble notre désir de voir et de savoir : celui-même qui anime le héros hitchcockien de Fenêtre sur cour.
A partir d’une vingtaine d’images fixes assemblées selon des combinatoires multiples, Nicolas Giraud crée une fiction à la temporalité purement artificielle, rythmée par des fondus-enchaînés qui donnent l’illusion du mouvement, confèrent au récit sa respiration irrégulière, et à l’image son aspect fragile et comme dérobé. Intermédiaire entre image fixe et mobile, Penthouse, qui désigne un lieu d’habitation en même temps qu’il est le titre d’un magazine pornographique, a le pouvoir de fascination d’un objet de désir, incertain, sans cesse dérobé mais toujours présent."
Jean-Christian Fleury


Penthouse, 2002
video, 3 minutes


Somewhere between a private eye report and a light tale, Penthouse leads us to the degree zero of narration. Nicolas Giraud's video is a single sequence offering a minimalist image to voyeurism. Confronted with the moves and light variations behind the windows of an apartment, we can only make assumptions as to what is happening. This elusive and frustrating narration enhances our desire to see and to know, a position close to the Hitchcockien hero of Rear window.
Using only twenty or so photographs combined and assembled, Nicolas Giraud creates fiction with a purely artificial temporality, the cross fading images give a particular illusion of movement and generate an irregular breath, a subtle instability. Caught in between still and moving image, Penthouse - caught in between its double meaning of an apartement and a porn magazine - bears the fascination power of an object of desire: that is uncertain — always ellusive but still haunting.
Jean Christian Fleury

 

 

 

 

 

       
       
  notes    
  expositions    
  contact